Dans cette page figureront l’essentiel des articles scientifiques concernant le haut potentiel. Ces dernières années, de nombreuses idées et articles diffusés dans différents médias, conférences, vidéos you tube ne sont pas conformes à la réalité scientifique. Sur ce site, vous trouverez les articles scientifiques déjà publiés qu’il faut connaître. Cette page sera régulièrement mise à jour, en fonction des dernières publications internationales.

2018

Ghislaine Labouret et Jacques Grégoire  (2018) :
EXTRAIT : « La différenciation croissante des aptitudes selon le QI tend à entraîner une dispersion accrue chez les HQI, sans cause pathologique. La régression vers la moyenne est largement responsable du profil type des HQI, qui ne signe donc pas un fonctionnement cognitif qualitativement différent « 

(PDF) La dispersion intra-individuelle et le profil des scores dans les QI élevés…. Available from: https://www.researchgate.net/…/326231396_La_dispersion_intr… [accessed Jul 17 2018].

 

Are high-IQ students more at risk of school failure?

 Ava Guez, Hugo Peyre, Marion le Cam, Nicolas Gauvrit, Franck Ramus  (November–December 2018)

EXTRAIT : « High-IQ students achieve higher academic results than other students »

« Les élèves ayant un QI élevé obtiennent de meilleurs résultats scolaires que les autres élèves »

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0160289618301144

 

Article de Guénolé et Al , est paru dans la revue ANAE en juin 2018, dans le numéro 154, consacré au haut potentiel.

La santé mentale des enfants et adolescents intellectuellement surdoués : synthèse des données quantitatives

RESUME : Le bien-être psychologique et la sante mentale chez les enfants et les adolescents intellectuellement surdoués représentent un sujet d’interrogation pour de nombreux professionnels de la psychologie et de la psychopathologie clinique, de l’enseignement, et souvent aussi pour les jeunes eux-mêmes et leur entourage. Nous présentons ici une synthèse sur le sujet, en distinguant les domaines de la psychologie quantitative, de la psychopathologie dimensionnelle et de la psychopathologie catégorielle. Il en ressort que les données disponibles ne corroborent pas dans leur ensemble l’idée souvent avancée que les enfants et adolescents intellectuellement surdoués présenteraient des difficultés psychologiques plus fréquemment que les autres. Les travaux pris en compte suggèrent a l’inverse une estime de soi légèrement meilleure et moins d’anxiété chez les surdoués ; quelques données concernant les « symptômes émotionnels » chez les jeunes enfants et la notion plus ancienne d’une « surexcitabilité émotionnelle » chez l’adolescent pourraient inciter a poursuivre la réflexion sur les particularités émotionnelles éventuelles des enfants et adolescents intellectuellement surdoués. Enfin, les données actuelles en épidémiologie pédopsychiatrique ne mettent pas en évidence de surcroit de trouble mentaux chez les surdoués, mais sont en réalité trop peu nombreuses pour en juger complètement. Compte tenu de la fréquence du sujet en pratique clinique chez l’enfant et l’adolescent, il serait intéressant et utile de disposer dans l’avenir de plus de données épidémiologiques et cliniques sur la sante mentale des enfants et adolescents intellectuellement surdoués.

Pour lire l’article en entier , cliquer sur :  Guenole_et_al_surdoues_ANAE

DÉFINITIONS

Carman, C. A. (2013). Comparing Apples and Oranges Fifteen Years of Definitions of Giftedness in Research. Journal of Advanced Academics, 24(1), 52-70.

Gauvrit, N. (2014). Précocité intellectuelle : un champ de recherche miné. ANAE. Approche Neuropsychologique des Apprentissages chez l’Enfant, 132-133, 527-534.

Stephens, K. & Karnes, F. A. (2000). State definitions for the gifted and talented revisited. Exceptional Children, 66 (2), 219-238.

ÉCHANTILLONNAGE

Baudson, t. & Preckel, F. (2013). Teachers’ implicit personality theories about the gifted: an experimental approach. School Psychology Quarterly, 28 (1), 37-46.

Peyre, H., Ramus, F., Melchior, M., Forhan, A., Heude, B., & Gauvrit, N. (2016). Emotional, behavioral and social difficulties among high-IQ children during the preschool period: Results of the EDEN mother-child cohort. Personality and Individual Dif- ferences, 94, 366-371. doi:10.1016/j.paid.2016.02.014

PERSONNALITÉ

Milgram, R. M. & Milgram, N. A. (1976). Personality characteristics of gifted israeli children. The Journal of Genetic Psychology, 129 (2), 185-194.

Zeidner, M. & Shani-Zinovich, I. (2011). do academically gifted and nongifted students differ on the Big-Five and adaptive status? some recent data and conclusions. Personality and Individual Differences, 51 (5), 566-570.

PENSÉE DIVERGENTE

Batey, M., et al. (2009). Intelligence and personality as predictors of divergent thinking: The role of general, fluid and crystallised intelligence. Thinking Skills and Creativity, 4(1), 60-69.

Nusbaum, E. C., & Silvia, P. J. (2011). Are intelligence and creativity really so different?: Fluid intelligence, executive processes, and strategy use in divergent thinking. Intelligence, 39(1), 36-45.

ANXIÉTÉ

Beer, J. (1991). depression, general anxiety, test anxiety, and rigidity of gifted junior high and high school children. Psychological Reports, 69, 1128-1130.

Cernova, L,. (2005). aggression and anxiety of intellectually gifted russian adolescents in latvia. Baltic Journal of Psychology, 6 (1), 45-56.

Martin, L. T., Burns, R. M., & Schonlau, M. (2010). Mental disorders among gifted and nongifted youth: A selected review of the epidemiologic literature. Gifted Child Quarterly, 54(1), 31-41.

Metha, A. & McWhirter, E. H. (1997). suicide ideation, depres- sion, and stressful life events among gifted adolescents. Journal for the Education of the Gifted, 20 (3), 284-304.

Peyre, H., Ramus, F., Melchior, M., Forhan, A., Heude, B., & Gauvrit, N. (2016). Emotional, behavioral and social difficulties among high-IQ children during the preschool period: Results of the EDEN mother-child cohort. Personality and Individual Dif-ferences, 94, 366-371. doi:10.1016/j.paid.2016.02.014

ScholwinsKi, E. & Reynolds, C. R. (1985). Dimensions of anxiety among high IQ children. Gifted Child Quarterly, 29 (3), 125-130.

ÉCHEC SCOLAIRE

Mackintosh, N. J. (2011). IQ and human intelligence. Oxford: Oxford University Press. Terman, L. M. (1925). Genetic studies of genius. Mental and physical traits of a thousand gifted children. Stanford: Stanford University Press. Deary, I. J., Strand, S., Smith, P., & Fernandes, C. (2007). Intelligence and educational achievement. Intelligence, 35(1), 13-21. [https://www.researchgate.net/profile/Steve_Strand2/publication/222403422_Intelligence_and_Educational_Achievement/links/0c960527bad19577d8000000.pdf]

HYPERSENSIBILITÉ

Milgram, R. M. & Milgram, N. A. (1976). Personality characteristics of gifted israeli children. The Journal of Genetic Psychology, 129 (2), 185-194. Rinn, A. J. (2012).

Overexcitabilities and ADHD in the gifted: an examination. Roeper Review, 34 (1), 38-45. Wirthwein, L., & Rost, D. H. (2011).

Focussing on overexcitabilities: Studies with intellectually gifted and academically talented adults. Personality and Individual Differences, 51(3), 337-342.

Terrassier, J.C. 1979. « Le syndrome de dyssynchronie », Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence, 10-11, p. 445-45

 

Articles concernant les parcours scolaires et le saut de classe :

Anderson I H, Hugues B. O., Dixon W. R.(1957). The rate of reading development and its relation to age of learning to read, sex and intelligence (Le rythme de progression de la lecture et ses rapports avec l’âge d’apprentissage, le sexe et V intelligence). J. educ. research, 1957, 50, 7, 481-495.

Colangelo, N., Assouline, S., & Gross, M. U. M. (2004). Une nation trompée: Ou comment les écoles freinent les étudiants américains les plus brillants (volume I). Iowa City, IA: The Connie Belin & Jacqueline N. Blank International Center for Gifted Education and Talent Development. [Disponible gratuitement, tout comme la recension des recherches (volume II, en anglais seulement), en version électronique sur ce site ]

(Courtinat & de Léonardis, 2010; Courtinat-Camps & al., 2011; Gaspard, Courtinat-Camps & Crabié, 2010)

Courtinat-Camps, A., & Toubert-Duffort, D. (2014). Accompagner la scolarité des enfants intellectuellement précoces en Essonne. Rapport de recherche. Suresnes, Avril 2014 (Projet financé par le Fonds Social Européen)

Freeman, Joan. (1976). “the Gulbenkian project of gifted children” in “gifted children, looking to their future”, Latimer, London.

Freeman, Joan; Permission to be gifted : how conceptions of giftedness can change lives. In: Conceptions of giftedness (2nd ed.). Sternberg, Robert J. (Ed); Davidson, Janet E. (Ed); Publisher: Cambridge University Press; 2005, pp. 80-97. [Chapter]

Freeman, J. (2013) ‘The long-term effects of families and educational provision on gifted children’, Educational and Child Psychology, 30 (2), 7-17.

Educational and Child Psychology, Vol 30(2), 2013 Special Issue: Giftedness in education. pp. 7-17. Publisher: British Psychological Society; [Journal Article]

Gagné, F. (1985). Giftedness and talent : reexaminig a reexamination of the definitions. Gifted Child Quarterly, 29, 103-112.

Gagné, F.  (2003) .  Transforming gifts into talents: The DMGT as a developmental theory. In N. Colangelo & G. A. Davis (Eds.), Handbook of gifted education (3rd ed.), pp. 60-74. Boston: Allyn and Bacon.

Gagné, F. (2009). Building gifts into talents: Detailed overview of the DMGT 2.0. In B. MacFarlane, & T. Stambaugh, (Eds.), Leading change in gifted education: The festschrift of Dr. Joyce VanTassel-Baska, pp. xx-xx. Waco, TX: Prufrock Press.

http://rire.ctreq.qc.ca/un-joyau-meconnu-lacceleration-scolaire/  

Kulik, J.A., Kulik, C.-L. C., (1992). Meta-analytic findings on grouping programs. Gifted Child Quarterly, 36 (2), 73-77.

Kulik, J.A., et Kulik, C.-L. C., (1997). Ability grouping. In Colangelo, N.,

Lautrey, J. (2004). Les modes de scolarisation des enfants à haut potentiel et leurs effets. Psychologie Française, 49, 337-352.

Lautrey, J, (2007), C Les théories néo-piagétiennes in Psychologie du développement et psychologie différentielle. p79-102 PUF. Constructivisme après Piaget   Psychologie du développement et de l’éducation. Nouveau cours de psychologie. Master PUF

Rieben, L., (1980). Psychologie de l’enfant et différenciation de l’enseignement dans la problématique des dispenses d’âge. L’orientation Scolaire et Professionnelle, 9, 161-180.

Rieben, L (1980) « les dispenses d’âge dans l’école primaire genevoise » in l’orientation scolaire et professionnelle, 1980, n 2 pp161-180.

Rieben, L. (1991). Intellectually and educationaly advanced children: A few theoretical and practical indicators of the situation in Switzerland and France. In F.J.Mönks,M.W. Katzko, & H.W. Van Boxtel, Education of the gifted in Europe: Theoretical and research issues (pp. 86-103). Amsterdam, Swets & Zeitlinger.

Terrassier,J.C. Une méthode nouvelle d’évaluation de l’intérêt de la prise d’avance scolaire.(A new method for the evaluation of interest in taking advantage of scholastic advancement)  . Vol 14(2)[67], Jun, 2002. pp. 135-136.

 

Articles concernant la psychopathologie :

« Le résultat le plus robuste est que les hauts potentiels intellectuels ont des niveaux de pathologie plus faibles que les autres ».
L’article est disponible en entier :

RESUME

En utilisant une stratégie de recherche systématique dans laquelle le talent intellectuel a été opérationnalisé en termes de score de QI, les auteurs ont examiné les preuves provenant d’études rapportant des associations entre cet aspect de la douance et la psychopathologie. Au total, 18 études répondaient aux critères d’inclusion: comparées aux pairs surdoués (IQ ≥ 125) et non rapprochés (IQ = 90-110) ou utilisaient le QI comme variable continue (QI = 90-125 +) et utilisaient des mesures psychopathologiques empiriquement validées. Dans l’ensemble, les résultats indiquent que les enfants surdoués démontrent un meilleur ajustement socio-affectif et moins de problèmes de comportement que leurs pairs en développement. Les questions susceptibles de biaiser les résultats dans cette direction sont mises en évidence, y compris la tendance à sélectionner des participants issus de programmes surdoués. Certaines difficultés socio-émotionnelles et comportementales associées à la douance ont été trouvées lorsque des dimensions telles que les niveaux de douance et l’ethnicité ont été considérées. Les recommandations pour de futures recherches comprennent l’utilisation d’une taille d’échantillon adéquate, des études longitudinales, des tests d’aptitudes cognitives administrés individuellement et des mesures psychopathologiques spécifiques adaptées à l’âge; et tester les effets d’interaction entre les variables, telles que l’âge, l’origine ethnique et le sexe.

https://www.researchgate.net/publication/283170542_Intellectual_Giftedness_and_Psychopathology_in_Children_and_Adolescents_A_Systematic_Literature_Review

 

Ouvrages de référence concernant le haut potentiel :

Terman, L. M., (1925). Mental and physical traits of a thousand gifted children.Stanford, CA, Stanford University Press,

Terrassier, J.-C. (1981/1999). Les enfants surdoués, ou la précocité embarrassante (4ème édition). Paris, ESF.

Liratni, M. (2009), Thèse de Psychologie  Montpellier III

Enfants à haut potentiel intellectuel : Aspects cognitifs et socio-adaptatifs.

Keeboom, T, (2011), Accompagner l’enfant surdoué .De Boeck.

Gauvrit, N, (2014) les surdoués ordinaires. Paris. PUF.

Un siècle de travaux sur l’héritabilité de l’intelligence, J. Bénesteaux.

 

Articles pour approfondir :

Binet, A., et Simon,T. (1905). Méthodes nouvelles pour le diagnostic du niveau intellectuel des anormaux. L’Année Psychologique, 11, 191-244.

Binet, A., et Simon, T. (1908). Le développement de l’intelligence chez les enfants. L’Année Psychologique, 14, 1-94.

Benbow, C.P. et Minor, L. (1990). Cognitive profiles of verbally and mathematically precocious students. Gifted Child Quarterly, 34 (1), 21-26.

Benbow, C.P. et Stanley, J.C. (1983). Sex differences in mathematical reasoning ability : More facts. Science, 222, 1029-1031.

Benbow, C.P., Stanley, J.C., Kirk, M.K. et Zonderman, A.B. (1983). Structure of intelligence in intellectual precocious children and in their parents. Intelligence, 7, 129-152.

Le développement de l’humour chez les enfants normaux et surdoués : Synthèse des connaissances actuelles.(Humour development of gifted and typically developing children: A synthesis of present knowledge). Bergen,doris. Oxford, OH, US  Vol 25(1), 2004. pp. 21-41.

Besançon, M, Barbot, B et Lubart, T « Évolution de l’évaluation de la créativité chez l’enfant de Binet à nos jours », Recherches & éducations [En ligne], 5 | octobre 2011, mis en ligne le 15 janvier 2012, consulté le 28 juillet 2015. URL : http://rechercheseducations.revues.org/840

Gibello B. (2003) Problèmes soulevés par le surdon intellectuel de l’enfant. Le journal des professionnels de l’enfance, 25, 37–40.

Gottfried, A.W.,Gottfried, A.E., Bathurst, K., et Wright-Guerin,D. (1994). Gifted IQ : Early developmental aspects, the Fullerton longitudinal study. New York, Plenum.

Leroy-Boussion A.. L’apprentissage de la lecture chez les jeunes enfants : acquisition des lettres de l’alphabet et maturité mentale.. In: Enfance. Tome 20 n°1, 1967. pp. 27-55.

Liratni, M et Pry, R. (2011). Enfants à haut potentiel intellectuel : psychopathologie, socialisation et comportements adaptatifs.

Lubart,T. I., et Georgsdottir, A. (2004). Créativité, haut potentiel et talent. Psychologie Française, 49, 277-291.

Lubart, T. I., Mouchiroud, C., Tordjman, S. et Zenasni, F. (2003). Psychologie de la créativité. Paris, Colin.

Mouchiroud, C. (2004). Haut potentiel intellectuel et développement social. Psychologie Française, 49 (3), 293-304.

Parisot, C. Daoudi, A. Blanc,R . Les difficultés scolaires paradoxales des enfants surdoués (Paradoxical school difficulties of children with high potential).. Vol 19(2 [92]), Jun, 2007. pp. 101-113.

Pereira-Fradin, M. Jouffray, C. « Les enfants à haut potentiel et l’école : historique et questions actuelles », Bulletin de psychologie 5/ 2006 (Numéro 485), p. 431-437

Renzulli, J.S.,Hartman, R.K., et Callahan, C.M. (1971).Teacher identification of superior students. Exceptional Children, 38, 211-214.

Renzulli, J. S. (1978).What makes giftedness ? Re-examining a definition. Phi Delta Kappan, 60, 180-184, 261.

Renzulli, J. S. (2002). Emerging conceptions of giftedness: Building a bridge to the new century. Exceptionality, 10, 67-75.

Sternberg, R. J. (1988). The triarchic mind : A new theory of human intelligence. New York, Viking-Penguin.

Sternberg, R. J., et Lubart,T. I., (1993). Creative giftedness : A multivariate investment approach. Gifted Child Quarterly, 37, 7-15.

Robert J. Sternberg, Successful Intelligence : How Practical and Creative Intelligence Determine Success in Life, Plume, 1997, ISBN 0-452-27906-2.

Sternberg, R. J. (1999). The theory of successful intelligence. Review of General Psychology, 3, 292-316.

Sternberg, R.J.; Lubart, T.I. (1999), « The Concept of Creativity: Prospects and Paradigms », in ed. Sternberg, R.J.: Handbook of Creativity, Cambridge University Press.

Sternberg, R. J. (2001). Giftedness as developing expertise : A theory of the interface between high abilities and achieved excellence. High Ability Studies, 12(2), 159-179.

Sternberg, R. J. (2003). WICS as a model of giftedness. High Ability Studies, 14(2), 109-137.

Sternberg,R, Lubart, T « Creative giftedness: a multivariate approach », in Gifted Child, Quatrely 37, N°1, 1993. Source:  A.N.A.E. Approche Neuropsychologique des Apprentissages chez l’Enfant, Vol 14(4)[69], Dec, 2002. pp. 290-295.

Terman, L. M., et Oden, M. H. (1959). Genetic studies of genius : The gifted group at mid-life. Stanford, CA, Stanford University Press.

Vannetzel , L (2009) . « Is my child gifted ? » What is the true question ?  Pratiques psychologiques.

Villatte, A. de Léonardis, M et Prêteur, Yves. « Le concept de soi des lycéen(ne)s à haut potentiel », Recherches & éducations [En ligne], 2 | décembre 2009, mis en ligne le 15 janvier 2012, consulté le 28 juillet 2015. URL : http://rechercheseducations.revues.org/522

Vaivre-Douret, L., (1999a). Les surdoués. Les troubles d’apprentissage chez l’enfant. Un problème de Santé Publique. Revue du Haut Comité de Santé Publique, 26, 34.

Vaivre-Douret, L., (2002). Le développement de l’enfant aux « aptitudes hautement performantes » (surdoués) : importance des fonctions neuropsychomotrices. Approche Neuropsychologique des apprentissages de l’enfant., 67, 14, 95-110.

Vaivre-Douret,L. Les caractéristiques développementales d’un échantillon d’enfants tout venant à hautes potentialités (surdoués) : suivi prophylactique.(The developmental characteristics of a coming sample of ‘High-Level Potentialities’ children (gifted): Prophylactic follow up). Vol 52(3), May, 2004. pp. 129-141.

Vaivre-Douret, L., (2004b). Point de vue développemental sur l’enfant à « hautes potentialités » (surdoué). Journal de Pédiatrie et de Puériculture, 17, 254-261.

Vrignaud, P. (2003). L’identification des surdoués : chimère psychométrique ou réalité psychologique ? In A.Vomhofe,H. Charvin, J-L. Bernaud, D.Guedon (Éds). Psychologie différentielle : recherches et réflexions (p.117- 121). Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

2018

Ghislaine Labouret et Jacques Grégoire  (2018) :
EXTRAIT : « La différenciation croissante des aptitudes selon le QI tend à entraîner une dispersion accrue chez les HQI, sans cause pathologique. La régression vers la moyenne est largement responsable du profil type des HQI, qui ne signe donc pas un fonctionnement cognitif qualitativement différent « 

(PDF) La dispersion intra-individuelle et le profil des scores dans les QI élevés…. Available from: https://www.researchgate.net/…/326231396_La_dispersion_intr… [accessed Jul 17 2018].

 

Are high-IQ students more at risk of school failure?

 Ava Guez, Hugo Peyre, Marion le Cam, Nicolas Gauvrit, Franck Ramus  (November–December 2018)

(traduction) :

Les élèves ayant un QI élevé obtiennent de meilleurs résultats scolaires que les autres élèves

     Ils ont une motivation intrinsèque et extrinsèque plus élevée et une motivation plus faible

     Ils ont une plus grande auto-efficacité académique et une auto-régulation perçue

     Il existe un lien positif entre le QI fluide et les résultats aux examens chez les étudiants ayant un QI élevé

     Les performances des élèves ayant un QI élevé sont moins liées à l’éducation parentale que leurs pairs

Résumé (traduction)

« S’il est bien établi que les tests d’intelligence prédisent de manière positive le rendement scolaire, il subsiste une croyance répandue selon laquelle les élèves surdoués ont des difficultés à l’école et sont particulièrement menacés par l’échec scolaire. De nombreuses études ont prouvé le contraire, mais peu d’entre elles reposaient sur des échantillons de population représentatifs. Ce document avait pour objectif d’évaluer si les résultats antérieurs sur la réussite scolaire des enfants surdoués pouvaient être généralisés à un large échantillon de la population française en général. Nous avons analysé une base de données d’élèves de collège français (N = 30 489), incluant les résultats d’un test d’intelligence fluide en 6e et diverses mesures de performance scolaire en 3e  (résultats à un examen national, aux notes des enseignants, à la école). En outre, l’efficacité personnelle et la motivation ont été évaluées. Nos résultats reproduisent et étendent les résultats précédents: les élèves dont le QI était élevé obtenaient de bien meilleurs résultats pour toutes les mesures du rendement scolaire, ce qui était corroboré par des niveaux plus élevés de motivation et d’auto-efficacité. Conformément à la littérature précédente, il existait une relation positive forte entre l’intelligence fluide en 6e et le rendement scolaire en 3e de l’ensemble de l’échantillon, ce qui a également été observé chez les élèves à QI élevé. Des analyses exploratoires ont révélé que le QI modérait l’association entre le contexte social et les résultats des enfants, de sorte que le lien positif entre l’éducation des parents et les résultats se stabilisait chez les enfants ayant un QI élevé. L’association positive entre le QI élevé et les résultats obtenus était similaire pour les garçons et les filles. »

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0160289618301144